prophète


prophète

prophète, prophétesse [ prɔfɛt, prɔfetɛs ] n.
• 980; fém. XIVe; lat. ecclés. propheta, gr. prophêtês « interprète d'un dieu »
1Personne qui prétend révéler des vérités cachées au nom d'un dieu dont elle se dit inspirée ( prophétiser). Les prophètes juifs de la bible hébraïque. Les premiers prophètes hébreux : les patriarches (Abraham, Moïse), Samuel. Les grands prophètes bibliques (Ézéchiel, Isaïe, Jérémie). « Dieu envoie la loi et les miracles de Moïse, les prophètes qui prophétisent des choses particulières » (Pascal). David, le Roi-prophète. Les prophétesses de Delphes, d'Apollon. pythie, pythonisse, sibylle. Mahomet, le grand prophète de la religion musulmane. Absolt Le tombeau du Prophète, à Médine.
Loc. Faux prophète : imposteur. — La loi et les prophètes. Loc. prov. Nul n'est prophète dans, en son pays : il est plus difficile d'être cru de ses proches que des étrangers.
2Augure, devin. « Il peut arriver aussi que deux prophètes, sans se connaître, vous annoncent la même chose » (Alain). Pas besoin d'être prophète pour savoir que... : tout le monde peut savoir que. — Prophète de malheur : personne qui annonce, prédit des événements fâcheux.

prophète nom masculin (bas latin propheta, du grec prophêtês) Interprète de la volonté d'une divinité pour le présent ou pour l'avenir. Littéraire. Personne qui, dans une activité littéraire, artistique, devance et annonce l'avenir. ● prophète (citations) nom masculin (bas latin propheta, du grec prophêtês) Elsa Triolet Moscou 1896-Saint-Arnoult-en-Yvelines 1970 J'ai appris que pour être prophète, il suffisait d'être pessimiste. Proverbes d'Elsa Les Éditeurs français réunis Boris Vian Ville-d'Avray 1920-Paris 1959 Les prophètes ont toujours tort d'avoir raison. L'Herbe rouge Toutain Bible Aucun prophète n'est bien reçu en sa patrie. Évangile selon saint Luc, IV, 24 Bible Malheur à vous quand tout le monde dira du bien de vous ! C'est bien de cette manière que leurs pères traitaient les faux prophètes. Évangile selon saint Luc, VI, 26 prophète (difficultés) nom masculin (bas latin propheta, du grec prophêtês) Genre 1. Le nom féminin correspondant à prophète est prophétesse. 2. Comme adjectif, prophète s'emploie dans le registre littéraire au masculin et au féminin : « Plus de charbon ardent sur la lèvre prophète »(Leconte de Lisle). Orthographe Un faux prophète, sans trait d'union. - Le Prophète, avec un P majuscule = Mahomet. ● prophète (expressions) nom masculin (bas latin propheta, du grec prophêtês) Faux prophète, celui qui en prend le nom sans l'être ; celui qui se trompe dans ses prédictions. Prophète de malheur, personne qui prédit des choses funestes, ou désagréables. Le Prophète, titre donné à Mahomet par les musulmans. ● prophète (synonymes) nom masculin (bas latin propheta, du grec prophêtês) Interprète de la volonté d'une divinité pour le présent ou...
Synonymes :
Littéraire. Personne qui, dans une activité littéraire, artistique, devance et annonce...
Synonymes :
- précurseur

prophète, prophétesse
n.
d1./d Chez les Hébreux, personne qui, inspirée par Dieu, annonçait au peuple des croyants une vérité cachée, des récompenses ou des châtiments divins. La Bible distingue trois grands prophètes: Isaïe, Jérémie, Ézéchiel, auxquels les chrétiens ont ajouté Daniel, et douze petits prophètes.
Le Prophète: pour les musulmans, Mahomet.
|| (Afr. subsah.) Fondateur, fondatrice, membre éminent d'une secte religieuse syncrétique.
d2./d Personne qui annonce l'avenir, ce qui doit arriver. Vous avez été bon prophète.
|| Loc. Prophète de malheur: personne qui annonce des choses désagréables.
Faux prophète: imposteur.
|| Prov. Nul n'est prophète en son pays: on a moins de succès parmi les siens qu'ailleurs.

⇒PROPHÈTE, subst. masc.
A.RELIGION
1. Celui qui est l'interprète des dieux. La Grece n'avait-elle pas aussi son oracle de Delphes, et les Juifs leurs prophetes? Les Romains, leurs aruspices, leurs augures, interpretes des volontés des dieux? (DUPUIS, Orig. cultes, 1796, p.433). Le renonçant bouddhique est, lui aussi, à sa manière, un prophète. Il apporte la promesse d'une vie absolument bonne qui peut être réalisée si le message transmis par le prophète est pris au sérieux (BOUDON-BOURR. Sociol. 1982, s.v. prophétisme):
1. Pour l'historien des religions, le prophète fait partie, avec le roi, le sorcier ou le prêtre, de ceux qui ont reçu le «mana», c'est-à-dire la puissance (...) certains traits de son activité l'apparentent aux devins, aux magiciens, aux derviches, aux chamanes, etc.
Encyclop. univ. t.13 1972, p.646.
2. [Dans la Bible] Celui que Dieu a choisi pour transmettre et expliquer sa volonté. Le prophète Élie. Les quatre grands prophètes: Daniel, Ézéchiel, Isaïe, Jérémie; barbe, visage de prophète. Les prophètes d'Israël appartiennent à la famille des «porteurs de parole» (...) qu'on rencontre aussi dans l'Ancien Proche-Orient, en Grèce, en Asie centrale (Encyclop. univ. t.13 1972, p.645).
En appos. Le roi prophète. Du haut de la tour de David, à Jérusalem, le Roi prophète aperçut Bethsabée se baignant dans les jardins d'Urie (CHATEAUBR., Mém., t.4, 1848, p.488).
P. métaph. Aujourd'hui les prophètes crient dans le désert et nulle voix ne leur répond, car le monde est indifférent, il est sourd, il se couche et se bouche les oreilles pour mourir en paix (SAND, Lélia, 1833, p.116).
3. En partic. [Dans la relig. chrétienne] Jésus-Christ. Et le peuple disait: c'est Jésus, le prophète de Nazareth en Galilée (P. LEROUX, Humanité, t.2, 1840, p.886).
♦[Dans la relig. musulmane] Mahomet. Bonaparte, dans la pyramide, se servit du langage oriental. «Gloire à Allah! dit-il; il n'y a de vrai dieu que Dieu, et Mahomet est son prophète (...)» (STAËL, Consid. Révol. fr., t.2, 1817, p.3).
Absol. Le prophète. L'étendard, les sourates, le tombeau du prophète.
4. Loc. diverses
Faux prophète. Celui qui n'est pas véritablement inspiré (synon. imposteur); p.ext., celui qui se trompe dans ce qu'il annonce. [Volney] se méfie de ce désir de savoir et de ce besoin de croire, lesquels, combinés dans la jeunesse avec le besoin d'aimer, peuvent se prendre à des idoles et à de faux prophètes: et Rousseau, selon lui, a été un faux prophète (SAINTE-BEUVE, Caus. lundi, t.7, 1853, p.421).
La loi et les prophètes. L'essentiel. Aimez Dieu de tout votre coeur et votre prochain comme vous-même, ceci renferme la loi et les prophètes (TOCQUEVILLE, Corresp. [avec Gobineau], 1843, p.58). Aimer, danser et prier, en ce pays, c'est la loi et les prophètes (TOULET, Mariage Don Quichotte, 1902, p.110).
Nul n'est prophète en son pays. ,,On a ordinairement moins de succès dans son pays qu'ailleurs`` (Ac.). Vous savez, mademoiselle, que nul n'est prophète en son pays (MÉRIMÉE, Colomba, 1840, p.11).
B.P. ext.
1. Celui qui annonce à l'avance un événement par voyance, par intuition. Les grands poëtes, les philosophes, les prophètes sont des êtres qui par le pur et libre exercice de la volonté parviennent à un état où ils sont à la fois cause et effet, sujet et objet, magnétiseur et somnambule (BAUDEL., Paradis artif., 1860, p.343). C'était le beau Salomon Molcho, le prophète dont les prédictions vérifiées intimidaient les rois et les papes (VOGÜÉ, Morts, 1899, p.36):
2. ... Cicéron prouve la réalité de la divination par une foule de faits qu'il rapporte à l'appui de son assertion, et surtout par la croyance universelle; il ajoute que cet art remonte à la plus haute Antiquité; qu'il n'y a pas de peuple qui n'ait eu ses oracles, ses devins, ses augures, ses prophetes...
DUPUIS, Orig. cultes, 1796, p.406.
Être bon prophète. Être juste dans ses prévisions. M. Noirtier était un bon prophète, et les choses marchèrent vite comme il l'avait dit (DUMAS père, Monte-Cristo, t.1, 1846, p.137). Faire le prophète. Annoncer quelque chose. Écoute ceci, Kobus; je n'ai jamais fait le prophète, mais aujourd'hui je prédis que tu te marieras (ERCKM.-CHATR., Ami Fritz, 1864, p.36).
Prophète de malheur. Celui qui annonce des choses funestes, des événements fâcheux. Ce qu'il [La Monnais] était surtout, (...) c'était un prophète de tristesse et de malheur, un tribun sacré en face d'une société profane, un accusateur public devant une société ennemie (SAINTE-BEUVE, Nouv. lundis, t.11, 1868, p.369).
2. Celui qui annonce à l'avance un événement par l'observation, l'analyse rationnelle. Je vais beaucoup mieux. Le docteur a été prophète; en deux jours tout a été presque fini (BALZAC, Lettres Étr., t.3, 1846, p.338):
3. ... ce prophète [Churchill], avec son gros bon sens, son cynisme, appelant les choses par leur nom sans faire de sentiment et sans se laisser tromper par des théories préconçues ou leurrer par des idées générales, parlait au jour le jour en bon lutteur, sans jamais perdre de vue la Terre et le destin des Hommes, la clef du rêve anglais.
CENDRARS, Lotiss. ciel, 1949, p.35.
Prophète de. Le fils du Krüger de 1836, devenu Président du Transvaal, s'était heurté à Cecil Rhodes, prophète de l'impérialisme britannique (MAUROIS, Édouard VII, 1933, p.23).
REM. 1. Prophète-philosophe, subst. masc. Mao fut moins ce prophète-philosophe décrit par tant de thuriféraires que, d'abord et toujours, un politicien pragmatique pour qui ce qui primait tout, c'était le pouvoir (Le Point, 13 sept. 1976, p.43, col. 2). 2. Poète-prophète, subst. masc. Les mèches explosives de nos grands poètes-prophètes n'étant devenues que récemment nécessaires (Le Nouvel Observateur, 16 févr. 1976, p.56, col. 1).
Prononc. et Orth.:[]. Ac. 1694, 1718: prophete; dep. 1740: -phète. Étymol. et Hist. 1. a) Fin du Xes. «dans la Bible, homme qui, inspiré par Dieu, parle en son nom pour faire connaître ses volontés et leurs manifestations futures» (Passion, éd. D'Arco Silvio Avalle, 27); b) ca 1170 faux prophète «personnage biblique qui induit le peuple en erreur» (Rois, éd. E. R. Curtius, p.158); 1694 faux prophète «celui qui se trompe dans ses prédictions» (Ac.); c) 1269-78 prophete de malaventure «celui qui prédit des choses funestes et désagréables» (JEAN DE MEUN, Rose, éd. F. Lecoy, 5946); 1668 prophète de malheur «id.» (LA FONTAINE, Fables, I, 8 ds OEuvres, éd. H. Régnier, t.1, p.83); 2. ca 1100 «personnage important qui annonce l'avenir par voie de conjecture» (Roland, éd. J. Bédier, 2255); 3. 1429 «celui qui annonce des événements à venir (en général)» (Journal d'un bourgeois de Paris, éd. A. Tuetey, p.236); 4. 1672 le Prophète «Mahomet, pour les musulmans» (RACINE, Bajazet, III, 2 ds OEuvres, éd. P. Mesnard, t.2, p.518). Empr. au lat. chrét. propheta «devin qui prédit l'avenir; prophète» (BLAISE Lat. chrét.), gr. «interprète d'un dieu; celui qui transmet la volonté des dieux; celui qui annonce l'avenir». En a. fr., le mot est souvent du fém., v. T.-L., GDF. Compl. Fréq. abs. littér.:1701. Fréq. rel. littér.: XIXes.: a) 3034, b) 1786; XXes.: a) 2798, b) 2003. Bbg. QUEM. DDL t.18, 19.

prophète, prophétesse [pʀɔfɛt, pʀɔfetɛs] n.
ÉTYM. 980; prophétesse, XIVe; profetiseresse, v. 1130, de profetisier « prophétiser »; lat. ecclés. propheta, grec prophêtês « interprète d'un dieu ».
1 Dans certaines religions, Personne qui proclame la volonté divine ( Prophétiser), qui relève des vérités cachées au nom d'un dieu dont elle est inspirée. Voyant (vx). || La prophétesse d'Apollon à Delphes ( Pythie). || Velléda, prophétesse druidique. || Prophètes de la tradition hindoue. Rishi. || Prophètes des sociétés asiatiques, sibériennes ( Chaman), africaines ( Saltigué), etc.Mahomet (Mohammed, Muhammad), le grand prophète de la religion musulmane (cit. 1).(1672). Absolt. || Le Prophète : Mohammed, fondateur de l'Islam. || Le tombeau du Prophète, à Médine. || Déployer l'étendard du Prophète, de la guerre sainte.Spécialt. || Les prophètes juifs de l'Ancien Testament (→ Dieu, cit. 33). || Les premiers prophètes hébreux ( Nabi, cit. 1 et 2; voyant) : les patriarches (Abraham, Moïse…), ainsi que Samuel. || Les quatre grands prophètes bibliques (Daniel, Ézéchiel, Isaïe, Jérémie) et les douze petits prophètes, dont les livres de la Bible portent le nom. || Le prophète Élie qui vivait en ermite (cit. 3). || David, le roi-prophète, le prophète-roi. || Rôle des prophètes dans l'antique société israélite (→ Bistouri, cit. 3), dans la genèse du christianisme (cit. 8). || Les lettres de feu (1. Feu, cit. 6) gravées par les prophètes. || La force divine qui s'exprime par les prophètes (→ Esprit, cit. 16). || Pénétrer le sens des discours des prophètes ( Prophétie; et → Équivoque, cit. 5). Ellipt. || Interpréter les prophètes, les textes prophétiques. || Le prophétisme, système religieux fondé sur les prédictions des prophètes.
1 (…) les miracles de la création et du déluge s'oubliant, Dieu envoie la loi et les miracles de Moïse, les prophètes qui prophétisent des choses particulières (…)
Pascal, Pensées, VIII, 576.
2 Parle : veux-tu l'Empire ? Une Gauloise l'avait promis à Dioclétien, une Gauloise te le propose; elle n'était que prophétesse, moi je suis prophétesse et amante.
Chateaubriand, les Martyrs, X.
3 Les prophètes, Isaïe en particulier (…) avec leurs brillants rêves d'avenir, leur impétueuse éloquence, leurs invectives entremêlées de tableaux enchanteurs, furent ses véritables maîtres (de Jésus).
Renan, Vie de Jésus, Œ. compl., t. IV, III, p. 108.
4 (…) aucun courant de pensée ou de sentiment n'a contribué autant que le prophétisme juif à susciter le mysticisme que nous appelons complet, celui des mystiques chrétiens (…) Nous trouvons cet élan chez les prophètes : ils eurent la passion de la justice; ils la réclamèrent au nom du Dieu d'Israël; et le christianisme (…) dut en grande partie aux prophètes juifs d'avoir un mysticisme agissant (…)
H. Bergson, les Deux Sources de la morale et de la religion, p. 255.
Faux prophètes (→ Égarement, cit. 2), prophètes menteurs (→ Destinée, cit. 16). || Gardez-vous des faux prophètes (→ Loup, cit. 5, Bible).Par ext. Imposteur.
Loc. La loi et les prophètes (au propre et au fig.). 1. Loi (cit. 42 et supra). → aussi Abolir, cit. 1; détruire, cit. 17; humanisme, cit. 3.
Loc. prov. (tirée du Nouveau Testament) : || « Un prophète n'est sans honneur que dans son pays et dans sa maison » (Bible, Évangile selon saint Matthieu, XIII, 57). — ☑ (XVIe, cit. 5). Nul n'est prophète dans, en son pays : il est plus difficile d'acquérir du crédit, de la considération parmi ses proches ou ses concitoyens qu'auprès des étrangers (→ Ailleurs, cit. 1). || « Aucun (cit. 38, La Fontaine) n'est prophète chez soi ».
5 Tel a été miraculeux au monde, auquel sa femme et son valet n'ont rien vu seulement de remarquable. Peu d'hommes ont été admirés par leurs domestiques. Nul (n') a été prophète non seulement en sa maison, mais en son pays, dit l'expérience des histoires.
Montaigne, Essais, III, II.
5.1 (…) contrairement au proverbe qui veut que le prophète ne le soit pas en son pays ici je fais autorité.
R. Queneau, Loin de Rueil, p. 31.
2 (V. 1155). Rarement prophétesse; on disait aussi prophète (n. m.) en parlant d'une femme. Personne qui prédit l'avenir. Augure, devin (cit. 2), vaticinateur. || Se croire prophète (→ Avant, cit. 70), s'ériger en prophète (→ Enthousiaste, cit. 1), se prendre pour un prophète (→ Poète, cit. 7). || Je ne suis pas prophète, mais je vous parie que cette affaire va tourner mal. || Les visions de quelque prophétesse. Pythonisse.
6 Il peut arriver aussi que deux prophètes, sans se connaître, vous annoncent la même chose. Si cet accord ne vous trouble pas plus que votre intelligence ne le permettra, je vous admire.
Alain, Propos, 14 avr. 1908, Prédictions.
Prophète de malheur : personne qui annonce, prédit (cit. 5) des événements fâcheux.
3 Personne qui annonce, promet l'avènement, le triomphe (de qqch.). || Être l'avocat (1. Avocat, cit. 17) et le prophète de la science, d'une civilisation (→ Héraut, cit. 5).
DÉR. (Du même rad.) Prophétie, prophétique, prophétiser, prophétisme.

Encyclopédie Universelle. 2012.